Saison 2020 de la serre collective du jardin de la bibliothèque d’Orbey

Pour la 4è année consécutive, l’association Pas à Pas a organisé une distribution de replants de légumes cultivés dans la serre collective du jardin de la bibliothèque d’Orbey. Dans le contexte particulier de cette année 2020, les bénévoles du groupe Jardins et vergers se sont plus que jamais mobilisés pour semer, repiquer, arroser, ouvrir et fermer la serre du mois de mars au mois de mai. Toutes les précautions sanitaires ont été prises pour éviter les contacts et mener à bien ce projet associatif et solidaire. Contrairement aux autres années, il n’a pas été possible de mener touts les tâches collectivement. Et pourtant, il n’a jamais manqué un bénévole pour que les légumes poussent dans de bonnes conditions.

De nombreux replants de tomates ont été cultivés ainsi que des courges, des salades, des blettes, des concombres ou encore plusieurs sortes de fleurs. Certains bénévoles du groupe ont même semé dans leur propre serre diverses variétés de tomates qui ont par la suite rejoint celles de la serre collective. L’équipe a constitué des lots de légumes et fleurs qui ont été distribués le 21 mai à près de 80 familles résidant dans la vallée. Cette année, la distribution s’est exceptionnellement faite sur réservation de ces lots, après une information diffusée via le groupe Jardins, la lettre de Pas à Pas et les réseaux sociaux.

Durant ces quelques semaines de culture, plusieurs jardiniers ont également déposé des plantes de leur jardin devant la serre, improvisant ainsi un espace d’échange apprécié de tous : pommes de terre, arbustes, plantes aromatiques, fleurs, plantes grasses et même plantes d’appartement …

Les replants cultivés par les bénévoles de l’association Pas à Pas ne remplissent pas tous les besoins d’un jardin potager familial. Le but de l’opération est d’encourager le jardinage, notamment pour les débutants et les personnes ayant des moyens mesurés. Elle vise également à favoriser les échanges entre jardiniers amateurs.

Le confinement nous a rappelé combien la nourriture produite loin de chez nous fragilise notre sécurité alimentaire. Nous avons la chance d’avoir dans la vallée de nombreux producteurs locaux… et aussi des potagers qui nous permettent de consommer des produits frais et de saison durant une partie de l’année.  Chacun, à son échelle, et même avec un petit espace, peut accroître son autonomie alimentaire en jardinant.

Plus un seul potager ne devrait disparaître dans la vallée, bien au contraire ! Par ailleurs, l’activité agricole pourrait être diversifiée par des productions légumières et fruitières destinées à la consommation locale.

Vous souhaitez rejoindre le groupe Jardins ? Écrivez-nous : jardin@transition-pasapas.org

Producteurs locaux de la vallée de la Weiss : une liste pour mieux les connaître !

L’association Pas à Pas salue toutes les initiatives prises par les producteurs locaux de la vallée pour s’adapter à la crise sanitaire que nous traversons. Malgré toutes les contraintes, de nombreux producteurs ont mis en place des solutions pour pouvoir commercialiser leurs produits et répondre à la demande : vente à emporter dans le respect des consignes sanitaires nationales, aménagements des locaux commerciaux, nouveaux horaires, regroupements de produits, livraison, drive, communication sur les réseaux sociaux, etc. 
C’est une chance d’avoir autant de producteurs locaux sur un territoire et nous mesurons peut-être plus que jamais l’importance de pouvoir s’approvisionner en circuits courts, tout près de chez soi, en limitant ainsi nos déplacements et la pollution atmosphérique. Soutenons les producteurs durant cette période délicate et continuons à le faire après, afin de leur permettre de vivre de leur métier. Nous maintiendrons tous ainsi des lieux d’approvisionnement locaux dans la vallée pour aller vers une autonomie alimentaire territoriale.
Dans cet objectif, l’association a réalisé UNE LISTE DES PRODUCTEURS DE LA VALLÉE DE LA WEISS, commune par commune. Vous la trouverez en téléchargement après ce texte. Elle sera régulièrement actualisée. Nous comptons sur vous tous pour la diffuser à votre entourage. Un grand merci !
Par ailleurs, les marchés hebdomadaires ont été aménagés dans le respect des consignes sanitaires (Orbey, Lapoutroie, Kaysersberg, etc.).
Pour toute mise à jour le la liste : contact@transition-pasapas.org

Serre collective du jardin de la bibliothèque d’Orbey : c’est reparti !

De nombreux bénévoles ont participé aux deux premières matinées de travail dans une ambiance conviviale et sous une météo clémente. Nous avons installé deux composteurs en bois, l’un offert il y a quelques années par la Communauté de communes et l’autre donné tout récemment par Patrick. Cette installation a nécessité le nettoyage et la mise à niveau d’une partie du jardin. Le haut du jardin et le muret de soutènement ont été dégagés des ronces et des renouées envahissantes.

La serre a été rangée. Un mélange terre / fumier a été préparé pour remplir les godets des futurs replants. Le réservoir d’eau situé dans la serre a été rempli. Des muscles ont été nécessaires pour remplir la couche chaude de fumier frais de la serre. C’est cette couche chaude qui nous permettra de semer les plants les plus fragiles dès début mars. Le fumier est donné par les Écuries de l’Abbaye que nous remercions.

Les bacs de cultures ont été amendés de fumier composté et la bordure du jardin préparée pour la plantation de fleurs et chèvrefeuille qui habilleront le grillage. Des légumes vivaces et des herbes aromatiques ont été plantés le long de la serre (merci à Anne Rose et Gilbert pour leurs dons !). Deux clématites seront plantées dans les deux bacs extérieurs au jardin pour ombrager le banc.

Cette année encore, le groupe Jardins et vergers prévoit de produire de nombreux replants qui seront distribués gratuitement à la fin du mois de mai. Courges, salades, tomates, choux, herbes aromatiques, fleurs et autres trésors seront bichonnés par les bénévoles pour votre plus grand plaisir. Toutes les semences sont biologiques et produites en France.

Un grand merci à tous les bénévoles du groupe et à très bientôt pour le début des semis !

 

 

 

 

Élections municipales 2020 : quid de la Transition écologique et énergétique ?

Dans le cadre des élections municipales de mars prochain, l’association Pas à Pas, vallée de la Weiss en Transition, a adressé un document à tous les candidats qui se présentent sur le territoire de la Communauté de communes de la vallée de Kaysersberg.

Ce document a pour objectif de questionner les têtes de liste et leurs colistiers sur la transition écologique et énergétique de notre vallée.

Dix thèmes y sont abordés :

1. Encourager l’implication citoyenne

2. Créer des liens et de la solidarité entre les habitants

3. Économiser l’eau et faire face aux pénuries

4. Favoriser l’autosuffisance alimentaire de la vallée

5. Soutenir et valoriser l’agriculture face aux enjeux actuels

6. Favoriser la biodiversité en milieu urbain et rural

7. Penser l’urbanisme de demain

8. Favoriser les économies d’énergies et les énergies renouvelables

9. Réduire et valoriser les déchets pour une vallée « Zéro déchet »

10. Imaginer d’autres modes de transport en milieu rural et périurbain

Nous vous invitons à découvrir l’intégralité de ce document consultable en version PDF.

Nous demandons aux candidats de se positionner pour chaque objectif via un questionnaire à nous retourner. Par ailleurs, nous  prévoyons une rencontre avec chacun d’entre eux pour échanger de vive voix sur nos propositions.

Une conférence de presse organisée par l’association rendra compte des retours écrits de chaque liste avant le premier tour des élections.

Nous restons à votre écoute si vous avez des propositions à formuler pour enrichir la démarche : contact@transition-pasapas.org

Le Conseil collégial de l’association

Pacte pour la transition Pas à Pas – municipales 2020 – pdf Complet

Pacte pour la transition Pas à Pas – municipales 2020 – version écran Thèmes-Questionnaires

Préservons les insectes et les oiseaux : les conseils de Pas à Pas

« On ne peut pas imaginer un monde sans insectes. C’est comme si on tentait d’imaginer un monde sans air. Sans insectes, il n’y a plus d’écosystème, plus de nature.» (Vincent Bretagnolle, directeur de recherche eu CNRS)

 Des études scientifiques récentes et la simple observation démontrent un effondrement des populations d’insectes et un rythme de disparition inquiétant pour les oiseaux. Sur les 150 espèces d’oiseaux nicheuses d’Alsace, 44,1% ont été inscrites en Liste Rouge des oiseaux menacés *. 30% des oiseaux des champs ont disparu en Alsace **. La cause principale est la dégradation ou la disparition des habitats naturels de nombreuses espèces.

D’autres causes sont établies : l’uniformisation des paysages, la surexploitation des ressources naturelles, le développement des espèces invasives, les pollutions diverses (notamment les pesticides) ainsi que le changement climatique. Ce phénomène mondial de déclin touche par effet domino toutes les autres espèces animales. On parle aujourd’hui de « sixième extinction de masse ».

Au-delà d’une approche éthique, il s’agit bien d’enjeux socio-économiques qui sont menacés. En effet, nous dépendons en grande partie des ressources naturelles et de l’usage des fonctions biologiques. Par exemple, les 3/4 de notre alimentation proviennent de la pollinisation par les insectes(abeille domestique, abeilles sauvages, papillons, bourdon, etc).

Ouvrez les yeux et les oreilles ! Que serait notre environnement sans le chant des oiseaux et des grillons ?

Comment agir concrètement en faveur de la biodiversité 

  • Préserver les zones où la faune sauvage trouve de quoi se nourrir, s’abriter et se reproduire (prairies fauchées tardivement, tonte progressive du gazon (et si on laissait les pâquerettes fleurir ?), mares et zones humides, bosquets, haies, vieux arbres, bâtiment accueillant pour la faune…);
  • Préserver la flore locale – nourriture vitale des insectes et oiseaux – en la laissant accomplir son cycle jusqu’à la graine (fleurs, graminées, arbustes, etc.) ;
  • Semer et/ou planter dans son jardin des plantes à fleurs riches en nectar, en pollen ou en graines pour les butineurs et les granivores (plantes aromatiques, Reine des prés, Achillée millefeuille, Bourrache, Lavandes, Trèfles, Centaurées, Pâquerette, Marguerite, Lamier pourpre et blanc, Bouillon blanc, Mauves, Campanules, Tournesols, Onagre, Cardère, Plantains…);
  • Planter des arbustes à fleurs et à fruits sous forme de bosquet ou haie (noisetier, néflier, groseillier, cassissier, sureau, aubépine, prunellier, argousier, amélanchier, bourdaine, églantier, cornouiller mâle, etc.);
  • Ne jamais tailler une haie au printemps (période de nidification) ;
  • Laisser en place les vieux lierres (site de nidification, floraison automnale précieuse pour les butineurs et fruits en hiver pour les oiseaux) ;
  • Planter des arbres fruitiers dont la floraison offre aux butineurs une nourriture précieuse au printemps ;
  • Préserver ou aménager tout ce qui contribue à la biodiversité (muret de pierres sèches, pierriers, arbre et bois mort, mare (sans poissons), zone fauchée tardivement, vieil arbre creux, tas de feuilles et/ou de branches…) ;
  • Installer des nichoirs en bois (non traité) pour les oiseaux et les chauves – souris;
  • Éviter l’éclairage artificiel nocturne.

Nous et nos enfants sommes tous concernés par le déclin de la biodiversité et chacun peut agir à son échelle pour que notre vallée continue de fleurir et bourdonner ! 

La 1ère Liste Rouge d’Alsace date de 1989. Elle comprend plusieurs catégories : « En danger critique », « En danger », « Vulnérable », « Quasi menacée », « Préoccupation mineure ».

** Chiffres : Ligue pour la Protection des Oiseaux d’Alsace

Plus d’infos : biodiversite@transition-pasapas.org