Transistop

Bonjour,

Ce matin, pour récupérer un truc sur un stand du marché de Noël de KB, je n’avais pas envie de galérer en voiture et de chercher un parking.

Alors le stop, c’est vraiment bien, j’ai à peine eu le temps de faire un selfi. Au retour, pareil, trop rapide !

Je remet ça vendredi ou samedi prochain, je dois descendre un kougelhopf au Badhus !

A+,

Isabelle.

Jimmy, ou l’agriculture vivrière à Ribeaugoutte

Je monte avec impatience la petite route sinueuse qui mène au hameau de Ribeaugoutte et vais à la rencontre de Jimmy. Il fait beau et chaud. Tout est paisible. Les paysages sont magnifiques.

Jimmy a 29 ans. Depuis 3 ans, il développe une belle activité de maraîchage de montagne. Deux serres et un grand champ lui permettent de cultiver de nombreux et savoureux légumes : carottes, choux, betteraves, oignons, céleris, courgettes, salades, rutabagas, poireaux et autres navets. Un des objectifs de Jimmy est de cultiver le plus longtemps possible dans l’année.

« Je suis né ici, je suis attaché à cet endroit. Ma grand-mère paternelle qui était d’une famille de paysans nous a souvent parlé de sa jeunesse. C’était une vie simple, proche de la terre ».

Derrière la ferme, une grande serre abrite de belles courgettes, des choux fleurs et des semis tous récents pour les cultures automnales. C’est dans cette serre qu’au début du printemps, Jimmy produit sur une couche chaude tous ses replants : tomates, choux, piments, aubergines, salades, etc. Les semences sont biologiques et les variétés choisies en fonction du climat montagnard, donc plutôt rustiques et hâtives. Il suit le calendrier des semis de l’agriculture biodynamique.

« J’ai toujours aimé faire du jardin. Je faisais un potager pour mes parents. J’aime la terre, planter des choses et les voir pousser. Ce qui me porte, c’est l’idée de pouvoir produire ma nourriture ». D’un rêve collectif il y a quelques années, il est passé à une activité individuelle qui le passionne.

Nous allons voir plus haut le champ qui s’étire tout en longueur dans un ancien pré. Plusieurs rangées de légumes plantés en associations forcent l’admiration. Les choux sont particulièrement impressionnants, tout comme les betteraves qui « semées un peu trop tôt, sont un peu grosses pour la saison ». En réalité, elles sont énooooormes !

Les secrets de Jimmy ? Un travail mécanique du sol et beaucoup d’huile de coude, avec aussi l’aide précieuse de Marius le mulet ; l’épandage au printemps d’un fumier bien composté (moutons et chevaux) ; le semis d’engrais vert (moutarde) et l’utilisation de bouse et silice de corne. Des outils originaux lui permettent un travail du sol efficace et non destructeur : véloculteur, sous-soleuse, moto-bineuse (serre), kassine. Ce dernier est un outil multifonctionnel et universel avec lequel il forme de petites buttes pour planter les patates.

Jimmy ne se réclame d’aucune école. Il s’intéresse à la biodynamie et connaît bien le cahier des charges de l’Agriculture biologique. Aucun produit de synthèse n’entre dans son approche et malgré l’altitude, il obtient de très belles cultures.

Un peu plus loin, voilà la serre aux 200 pieds de tomates qui a été érigée il y a quelques mois. Jimmy a produit lui-même tous les replants qui aujourd’hui grimpent à plus de 2 m. Il choisit des variétés plutôt anciennes, hâtives et goûteuses. Dans cette serre, c’est un festival de formes et de couleurs : rouges, rondes, charnues, oranges, ovales, petites, vertes, allongées, énormes et biscornues… Elles s’appellent Rose de Berne, Saint-Pierre, Noire russe, Merveille des marchés, Noire de Crimée… Les 7 rangées de plants de tomates sont bordées d’aubergines, poivrons et piments. Le sol de cette serre est composé d’1/3 de sable, d’1/3 de compost végétal et 1/3 de compost animal. Les grappes de tomates sont impressionnantes !

Un peu plus loin, ça bourdonne autour d’une 10aine de ruches fabriquées par l’apiculteur – maraîcher. Elles sont ici toute l’année et fournissent miels de fleurs, de châtaignier (un délice !) et de sapin.

Et plus haut, il y a les moutons. Sept brebis et un bélier de la race Manech (ou « tête noire ») originaire du Pays Basque. Les agneaux restent deux mois sous la mère et lorsqu’ils n’y sont plus, Jimmy fait du yaourt de brebis (que j’espère pouvoir goûter un jour…).

Retour vers le hameau et sa charmante petite chapelle ornée d’un rosier. Impossible de repartir le panier vide. Je fais mes emplettes au libre-service qui fonctionne sur la CONFIANCE. Des légumes, du miel et les délicieux fromages de chèvre de Lucas, le frère de Jimmy. Ce libre-service de produits frais et ultra locaux est une ancienne buvette. Belle reconversion ! Les clients viennent plutôt de la vallée par le bouche à oreille. Il y a aussi des touristes qui logent dans les gîtes alentours.

Toute cette activité agricole « fait revivre le hameau » et redonne ses lettres de noblesse à l’agriculture vivrière.

« La très petite agriculture a aussi sa place. La chose la plus importante pour moi est de nourrir ma famille et de vendre ma production ».

MERCI Jimmy pour cette très belle matinée ensoleillée passée à tes côtés.

« ATOMES FOURCHUS » par Johann CHARVEL

Image

Une communication burlesque et pédagogique sur le nucléaire français.

L’association Pas à Pas, vallée de la Weiss en Transition, propose une conférence gesticulée « Atomes Fourchus » mercredi 23 novembre à 20h00. Elle se déroulera à la salle du Hirtenhaus à Kientzheim. Avec Johann CHARVEL venez découvrir un spectacle sur le modèle des conférences gesticulées, une pratique émergente de l’éducation populaire. C’est un audacieux mélange entre histoire de vie, spectacle, envie de rire et connaissances scientifiques. Cette conférence sur le nucléaire est complètement burlesque et très pédagogique.
Venez découvrir en famille ou entre amis toutes les facettes de la Transition et bien plus encore !

Le spectacle (durée 1h30 env.) sera suivi d’un débat animé par Pas-à-Pas et des membres de Stop-Fessenheim (une pause de 10 à 15mn précédera le débat).

Affiche-conference-gesticulee2

Johann Charvel en action durant son spectacle.

Johann Charvel en action durant son spectacle.

Entrée libre, en partenariat avec la commune de Kaysersberg Vignoble.

Video YOUTUBE:

1er Bilan de nos activités (2015-2016)

Chers ami(e)s de la transition,

Depuis bientôt trois ans, un groupe d’habitants de la vallée participe à la transition énergétique et humaine. Grâce à la création de l’Association Pas à Pas, Vallée de la Weiss en Transition, de nombreuses actions ont été menées dans des domaines allant de l’agriculture à l’économie en passant par les déplacements ou l’énergie.

Il était donc temps pour nous, de vous présenter un premier bilan de nos activités afin que vous puissiez mieux vous rendre compte de l’impact grandissant de notre association.
Chaque année de nouvelles personnes viennent apporter leurs contributions et leurs idées pour œuvrer Pas à Pas sur ce chemin, mais il reste cela dit encore beaucoup à faire !

Si le cœur vous en dit, n’hésitez donc plus à nous rejoindre en remplissant le Bulletin d’adhésion Pas à Pas ; nous vous accueillerons avec plaisir. N’hésitez pas non plus, à diffuser ce bilan et ce bulletin d’adhésion à vos amis et autour de vous (adhésions 2016 et 2017) pour nous faire connaître.

A bientôt,

Le groupe Com’

Troc ton truc : 3ème édition

Vous voulez vous séparer de quelques bricoles que vous n’utilisez plus et qui prennent la poussière, alors retrouvez-nous à la salle des associations, sous la mairie d’ORBEY.
L‘Association Pas à Pas y organise, le dimanche 9 Octobre de 9h à 13h, un Troc ton truc. Le but de cet événement est de promouvoir les échanges non monétaire.
Par conséquent, tout le monde peut venir, les mains pleines ou non et repartir ou non avec autre chose. Bref, c’est vous qui voyez 🙂 .

Affiche du troisième troc ton truc

Théâtre d’improvisation : « Vous avez dit Transition ? »

Le vendredi 7 Octobre prochain, l’Association Pas à Pas aura la joie de recevoir la troupe de comédiens « Les Zidéfuz » pour un théâtre d’improvisation sur le thème de la transition. De multiples sketches, tous plus fous les uns que les autres, seront joués devant vous pour votre plus grand plaisir.
Alors n’hésitez plus ! Rejoignez-nous à 20h30 au Foyer Saint-Martin de LAPOUTROIE.

affiche du théâtre d'improvisation

Partageons les semences de nos jardins !

C’est le moment de récolter les semences de votre jardin et d’en réserver une partie pour l’une des 12 boîtes de la Grainothèque de la vallée de la Weiss.

Comment fabriquer un sachet de semences avec un simple pliage ?
http://jardinexperimental.free.fr/trucs/sachetgraine/sachet-graine.htm

Où trouver des boîtes à semences dans la vallée ?

Kaysersberg – Vignoble (Kaysersberg : médiathèque et hall office de tourisme / Kientzheim : boulangerie / Sigolsheim : en cours), Katzenthal (commerce local), Ammerschwihr (boulangerie), Fréland (Maison de Santé), Lapoutroie (bibliothèque), Labaroche (mairie), Le Bonhomme (mairie), Orbey (mairie et bibliothèque)

Bonnes récoltes !

Le Groupe Jardins et vergers

Nature au jardin à Katzenthal

C+F

Dès l’arrivée dans ce jardin aux mille recoins, le chèvrefeuille embaume… Nous voilà à Katzenthal, chez Francine et Clément, dans un écrin de verdure d’une 20aine d’ares. Ici, le végétal est omniprésent et intimement lié au bâti. Il grimpe, il recouvre, il retombe, il s’accroche, il pousse sur les toitures… Beaucoup de plantes et de délicates touches fleuries invitent à la découverte de ce petit dédale au charme délicat. Des objets posés çà et là avec goût apportent une note colorée et décorative à l’ensemble.

Ils sont plusieurs à assurer l’entretien de ce jardin conçu pour demander le moins de travail possible : une majorité de plantes vivaces, rustiques et exigeant peu d’arrosage… Les plantes proviennent de coups de cœur ou d’échanges avec d’autres jardiniers.

« En temps investi, c’est presque rien ».

La visite guidée débute sur la terrasse ombragée, « là où les cosses d’une vénérable glycine éclatent en été, bombardant de belles graines les clients attablés ». Ébahissement devant le tronc de la fameuse glycine ! Quelques marches à gravir, un pommier « Cloche » à dépasser et nous voici à la hauteur d’une belle toiture végétale. C’est celle de la cave des vignerons, construite en 1999. Ensemencée d’une prairie fleurie la première année, la toiture change d’aspect au fil des ans. « Une année, il y n’avait quasiment que des marguerites». Aujourd’hui, c’est une impressionnante étendue de graminées, œillets, pimprenelle, sedums, origan marjolaine, millepertuis et autres beautés végétales. Une seule fauche par an durant l’été pour que les semences puissent mûrir… En toile de fond de cette prairie colorée : le fameux château du Wineck.

Plus loin, une petite zone humide accueille libellules et agrions. Des crapauds viennent pondre ici tous les ans. Un parfum délicieux flotte dans l’air : c’est un tilleul bourdonnant en pleine floraison. De petites surfaces enherbées – tantôt à l’ombre, tantôt au soleil – sont partiellement fauchées durant le printemps. De belles fleurs s’épanouissent tranquillement un peu partout : hortensia, rose, alchémille, buddléia, lavande, capucine, pivoine, grande pervenche… Les boutures d’un rosier ancien provenant du jardin de la grand-mère de Francine prospèrent ici. Et quel parfum !… Une vigne grimpe dans un pêcher, une autre court sur une clôture… nous sommes à deux pas du vignoble.

Dans ce jardin de petits recoins, l’invitation est à la détente. Bucolique à souhait, le lieu est à la fois « sauvage et entretenu ». Si Francine affirme qu’il n’est pas « bichonné », on s’y sent très bien car l’harmonie règne. Aucun produit de synthèse ne vient perturber les nombreux insectes qui butinent un peu partout. L’eau de pluie est récupérée, utilisée pour les traitements de la vigne et l’arrosage. Quatre moutons de la race Racka participent à l’entretien de l’espace.

Les convictions écologiques fortes des maîtres des lieux font de ce jardin un véritable outil de sensibilisation pour toutes les personnes qui passent par là : les clients de la cave, des gîtes et du bistrot.

« Ils sont heureux comme tout ! Les hôtes participent volontiers au compostage des déchets verts et nous avons occasionnellement des connaisseurs d’oiseaux et d’insectes. Ils peuvent se servir en herbes aromatiques et en fraises que nous avons plantées à leur attention.»

La forêt toute proche et l’orientation Nord de ce petit vallon apportent une fraîcheur bien appréciée en été. Qu’y avait-il ici avant ? « C’était des prés, un potager, un poulailler… et il y avait une carrière d’argile un peu plus loin ».

Je passe un temps certain à prendre des photos dans ce jardin où l’on va de surprise en surprise…

Merci Francine pour cette charmante visite !

Coups de cœur :

• les parfums fleuris qui flottent dans l’air.
• La toiture végétale de la cave : lumineuse, colorée et vivante.
• Le plessis rustique en branches de châtaignier.
• Le tronc massif et entremêlé de la glycine.
• le portillon bleu tout en haut du jardin.
• La vigne libre de grimper dans les pêchers.
• Les chats en céramique postés dans les jardinières qui ornent les fenêtres de la façade.
• Le ballet sonore des hirondelles de fenêtres.

La Grainothèque de la vallée de la Weiss : c’est parti !

« L’abondance et la profusion des graines invitent naturellement au partage »

Nos jardins regorgent de belles et généreuses plantes, qu’il s’agisse de fleurs, légumes, céréales ou encore aromatiques. Et si nous partagions tous ces trésors ? C’est ce que vous propose l’association Pas à Pas, vallée de la Weiss en Transition par la mise en place d’une Grainothèque. Des boîtes à semences sont installées dans les communes de Katzenthal, Kaysersberg Vignoble, Ammerschwihr, Labaroche, Le Bonhomme, Fréland, Lapoutroie et Orbey. Vous pouvez y déposer des sachets de semences de votre jardin et vous servir de graines récoltées par d’autres jardiniers.

La Grainothèque, c’est une initiative portée par l’association nationale Graines de Troc. L’objectif principal est de faciliter le partage de semences entre jardiniers amateurs.

Pour la réussite de cette opération, pensez à récolter des semences de votre jardin en quantité dès à présent ! Il suffit ensuite de les faire sécher et de les ensacher.
Sur le sachet (voir modèle de pliage sans colle ni agrafes plus loin), notez le nom de la plante (et la variété), sa hauteur, sa couleur, son exposition préférée, le lieu et la date de récolte. Le tour est joué : plus qu’à déposer vos sachets dans une des douze boîtes à semences de la vallée.

Il est important que vos semences soient bien sèches avant de les mettre en sachet.
Des conseils pour la récolte des graines sont disponibles avec chaque boîte et sur le site internet de Graines de Troc.

Bonnes récoltes et bon partage !

  • Où sont installées les boîtes à semences ?

Kaysersberg – Vignoble (Kaysersberg : médiathèque et hall office de tourisme / Kientzheim : boulangerie / Sigolsheim : en cours), Katzenthal (commerce local Au Champ de blé), Ammerschwihr (boulangerie), Fréland (maison de Santé), Lapoutroie (mairie), Labaroche (mairie), Le Bonhomme (mairie), Orbey (mairie et bibliothèque)

  • Plus d’informations :

– site et mail de l’association Pas à Pas, vallée de la Weiss en Transition: http://transition-pasapas.org/   ou pas-a-pas-transition@laposte.net

– site internet Graines de Troc : www.grainesdetroc.fr

– modèle de pliage d’un sachet de semences sans agrafes ni colle :
http://jardinexperimental.free.fr/trucs/sachetgraine/sachet-graine.htm